WANTED : envoyez-nous vos messages de répondeur !

Liste de lecture et autres sons

    Loading...
    ACTUELLEMENT À L'ÉCOUTE

    A votre avis, qui a gagné le prix Italia ?

    0'00" / 13'36"

    Loading...
    Loading...

    10 PARADOXES DU DOCUMENTAIRE SONORE

    Après avoir produit 1 700 créations sans quitter son bureau, le responsable d'ARTE Radio a des idées sur la question.
     
    1. Ne dites jamais : "Je prends mon enregistreur, j'y vais et je verrai bien". Il n'y a rien ici-bas qui attende patiemment d'être enregistré. Le réel est une illusion soluble dans l'alcool. Tout documentaire est une vue de l'esprit, donc une fiction.
     
    2. Comme toute forme d'art, le documentaire sonore est une écriture. On écrit une première fois avant de tourner, une deuxième fois au montage, une dernière fois à la mise en ondes. Au tournage on fait ce qu'on peut, en général moins bien que prévu.
     
    3. "Les musiciens du métro", "A bord du transsibérien", "Islam entre tradition et modernité" : un sujet à la une du journal ne fait pas un documentaire.
     
    4. Car le documentaire est un projet. C'est-à-dire un point de vue, une narration, une mise en scène, un dispositif d'enregistrement, une situation construite. Avec parfois des personnages.
     
    5. Il n'y a pas de sans-papiers, de taulards ou de victimes. Il y a des gens qui aiment le jazz, la couture ou la bière rousse. Ils sont mesquins, anodins ou exemplaires. Ils existent en-dehors du rôle qui nous occupe. Un bon documentaire nous rappelle cela.
     
    6. L'autre, c'est nous. Pensez aussi à vérifier la batterie.
     
    7. Dans documentaire sonore, il y a son. Respiration, silence, camion qui passe, vont permettre d'aérer toute cette parlote. Le son va surtout souligner, démentir, questionner ce qui est dit. Il est aussi important que les mots. Il faut interviewer les fontaines.
     
    8. Quand on vous dit que votre documentaire est trop long, pas clair, mal construit, et que personne ne l'écoutera jusqu'au bout, souvent hélas on a raison. L'auditeur a tous les droits, l'auteur tous les devoirs, dont celui de plaire.
     
    9. Personne ne vous oblige à être artiste ou journaliste. Sans révolte ni folie, sans éthique ni patience, on peut quand même devenir un bon barman et être utile à la société.
     
    10. On ne résume pas l'art du documentaire sonore en dix points. Bien entendu, faites le contraire, faites comme vous voulez, mais faites au mieux.
     
    Manifeste écrit pour le festival Longueurs d'ondes, Brest, novembre 2009.
    La série a bien été ajoutée à la liste de lecture courante.